Skip to main content

 

Le temps d’un week-end.

Pour souffler, se ressourcer, imaginer, il est important de relativiser.

On dit souvent de moi que j’ai cette formidable capacité à prendre de la distance avec les situations et les émotions. C’est un entraînement permanent et pas sans faille, je te prie de me croire.

 

Et comme souvent, il est plus facile d’aider les autres à relativiser que de le faire pour soi ! 

 

 

Renforcer la foi du possible

 

Prendre du recul est pour moi une question de survie : si je ne relativise pas au bon moment, la montagne que je me fais de mes problèmes, peurs et angoisses, restera très haute et inaccessible.

Relativiser consiste à donner de la force au possible.

Est-ce nécessaire de relativiser pour rebondir ?

Absolument !

Après une période d’épreuves et de tourments, se reconstruire ou se réinventer est un long processus. Si tu ne relativises pas, tu ne te relèveras pas. 

N’est-ce pas ce qui s’est produit avant la chute ?

Je sais à présent que je n’ai pas pris le temps ni le soin de mettre les choses et les émotions à distance quand j’étais dans ces moments déstabilisants.

Sans relativiser, les choses nous apparaissent insurmontables et puisque nous les voyons ainsi, elles le sont.

Je ne dis pas qu’en relativisant, je n’aurais pas eu d’obstacles : je les aurais perçus de façon différente sans doute, sans m’effondrer d’épuisement, sans paniquer.

Si je tiens à rendre ma nouvelle partie de vie plus épanouissante et durable, relativiser est un exercice permanent !

 

Différentes manières de relativiser :

 

Que ce soit pour passer à l’action, avancer pas à pas, ou gérer ses émotions, on relativise selon le contexte.

 

 

Pas à pas 

 

Quand je relativise, je diminue l’importance du challenge ou de l’épreuve.

Il ne s’agit pas d’arrogance ni de dénigrement.

Au lieu de voir la grande montagne, je vois le chemin par étapes à parcourir.

En me fixant un objectif, je vais le découper en plusieurs morceaux plus faciles à atteindre. 

L’un de mes gros objectifs est de devenir une auteure reconnue dans tel domaine : découper ce projet en 5 étapes majeures : 

  1. Approfondir mes connaissances dans le domaine
  2. Développer mes compétences en écriture : écrire régulièrement différents types de publications.
  3. Développer ma visibilité auprès d’un lectorat.
  4. Rédiger des formats plus longs.
  5. Monétiser mes publications.

5 grandes phases que je divise en sous-étapes, puis en sous-sous étapes (!), ce qui permet en fin de compte de passer à l’action réalisable de suite.

On m’a dit un jour : « tant que tu ne vois pas quelle action mettre en œuvre de suite, continue à découper en petits pas jusqu’à voir celui que tu vas réaliser à la minute suivante. »

 

 

Situation idéale.

 

Quand une image m’angoisse, la peur de tout perdre et de me retrouver à la rue par exemple, je fixe cette image dans ma tête. (Pour un court instant, rassure-toi!)

Puis je crée une autre image où je me vois souriante, confiante parce que j’ai trouvé une solution. Alors je mets cette image au premier plan dans mon esprit et la première en arrière-plan. Et au fur et à mesure, la première image disparaît derrière la seconde.

Le côté sombre diminue, le côté clair prend toute la place.

 

 

Ma responsabilité

 

Quand une situation m’est pénible, inconfortable et que je me sens coincée, tiraillée, j’essaie de prendre un moment après une grande respiration pour poser les cartes sur la table :

  • D’un côté je place les cartes sur lesquelles je ne peux pas agir parce que ça ne dépend pas de moi :
    • exemple : le comportement d’une personne. Je ne peux pas agir à sa place, je ne peux pas la changer.
  • De l’autre, j’identifie les cartes sur lesquelles j’ai une responsabilité : ma réaction face à cette personne, peut-être le fait de la fréquenter ou de ne plus l’écouter. Là, je peux agir !

 

Que ce soit un objectif à atteindre ou une angoisse à surmonter, réussir à ne pas amplifier ni assombrir la situation est un prérequis pour envisager une suite favorable.

 

Et pour terminer sur une note pleine de bon sens, cette citation est dans mon carnet de références : 

Que la force me soit donnée de supporter ce qui ne peut être changé et le courage de changer ce qui peut l’être, mais aussi la sagesse de distinguer l’un de l’autre.

Marc Aurèle.

 

Au suivant !

À demain. 

 

 

Rosemary

Rebondir après des coups durs, après des expériences non satisfaisantes et des désillusions, c'est ma démarche actuelle à 50 ans passés. Pas après pas, d'échec en réussite, de remise en question en pratique, je considère cette nouvelle étape comme une autre naissance. BE Bottes ! est mon mantra d'énergies positives pour une seconde partie plus belle que la première !

One Comment

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.