Skip to main content

« La représentation de la femme de cinquante ans, de sa beauté, de sa liberté, reste une terre inexplorée ».

Sophie Fontanel dans Sorcières de Mona Chollet

 

50 ans en 2020

 

Chiffre rond d’un milieu de vie.

Cela arrive à beaucoup de personnes d’avoir 50 ans.

Donc ce n’est pas grave.

Mais pas à tout le monde.

Donc c’est important.

J’ai la chance d’avoir 50 ans.

Ça donne un côté sérieux, un peu « mûr »!

D’ailleurs, je n’ai jamais eu vraiment peur d’atteindre ce demi-siècle. Je m’y étais préparée, mais pas forcément dans les meilleures conditions.

 

 

50 ans dans un monde en crise.

 

Il faut dire que les 3 années précédent mes 50 ans furent des moments « bouleversants » d’un point de vue personnel et dans le monde.

C’est peu de le dire : pandémie, crise économico-sociale, changement climatique.

Une série de chocs et de crises de conscience.

Si jamais j’ai fait cette fameuse crise de la cinquantaine, je suppose qu’elle fut bien noyée dans celle du Covid-19 ! 

Avec du recul, je me dis que tous ces petits effondrements autour de moi me préparaient à l’avènement de mes 50 ans, et surtout à l’aube de ma nouvelle partie de vie.

 

Régénération

Il y a encore 1 an, je fanfaronnais en évoquant la « régénération de mon existence » :  « youhou !  Génial, moi, je me régénère !

Naïve, je pensais qu’il suffisait d’un peu d’enthousiasme, de grandes idées, de belles manières, de grandes paroles pour faire de ma seconde partie de vie une villa bleu azur du bonheur tranquille.

Je ne me reproche rien, si ce n’est un petit manque de lucidité.

Mais comment aurais-je pu savoir sans museler mon enthousiasme ?

L’exaltation est un trait de ma personnalité : je m’enflamme facilement pour une idée, un projet, une personne. 

C’est plus fort que moi, et bon sang, que de moments intenses j’ai pu vivre ! 

 

 

Maelström de la vie

 

La perspective de me sentir belle, forte et accomplie à 50 ans me plaisait, évidemment.

Plutôt que de celle décatie, perclus de douleurs et remisée au grenier.

Mais j’étais loin d’imaginer :

  • toute la dose d’énergie nécessaire.
  • Le contexte particulier du confinement qui brouillait toutes les règles pour en définir de nouvelles.
  • Le véritable mot « fin » à une situation professionnelle qui perçait un abcès.
  • La présence multipliée des forces contraires.
  • Des changements profonds et inattendus dans mon mode de vie.

J’étais plongée dans le maelström d’une existence bousculée, avec ses côtés déchirants, et – je le saurai par la suite, salvateurs.

 

« Ce qui est arrivé est arrivé, ce qui est là est là, et c’est de là que nous partons ». Sami Prajnanpad.

 

50 ans et plus, atout cœur !

 

OK, voilà c’est fait j’ai 50 ans.

Et même 51 maintenant.

Je suis toujours sidérée par le chemin parcouru depuis mes 20 ans : que d’étapes franchies, d’obstacles surmontées et de réalisations accomplies.

Plein d’erreurs, c’est certain ; beaucoup de doutes, d’insouciance, de rires ;

Des préoccupations terre à terre, des train-train,

Des choses qu’on ne vit qu’une fois ; des amours et des peines (ça va ensemble parfois !) ;

Des apprentissages sur des piles de livres et dans l’arène ;

De la joie et de la poussière.

Quand on regarde dans la besace de ses jours, c’est fou le nombre de moments, de personnes, de choses, d’actions qui nous restent en mémoire : un jeu de cartes de SA vie. 

Déjà plusieurs parties de jouer.

Dans la seconde tranche de mon existence, avec toutes mes cartes en main, comment vais-je jouer ?

Au bluff, avec prudence, avec ruse ?

Je fais un vœu : de tout mon cœur et avec tous mes atouts, et mieux encore !

 

 

Mon moi à 50 ans

 

T’es-tu déjà imaginé avoir 50 ans ? 

Ado, je m’amusais à me projeter à :

      • 20 ans : libération, « I’m the queen of the world » !
      • 30 ans : job palpitant, amour fusionnel, style bobo assumé.
      • 40 ans : Maturité de l’accomplissement ? Vague, non ?
      • 50 ans : ???

La vision devenait floue après 30 ans, et à 50 : le trou noir !

On voit toujours les autres vieillir : telle personnalité a « pris un coup de vieux », comme cette ancienne star qui était si jolie plus jeune, et lui, si svelte et si séduisant.

Oui, l’âge est souvent associé à la beauté physique.

Chose étrange car je trouve beaucoup de beauté à bien vieillir.

Je ne me sens pas « plus âgée » dans ma tête même si je ne pense et ne réagis plus comme à 25 ans.

Je crois que je vis avec mes toutes transformations générées au fil des années.

 

Cartes en main.

Avoir pas mal de cartes en main, se connaître un peu mieux en tant que joueur, ne signifie pas que l’on gagnera à coup sûr la partie.

Il y a un le facteur chance, des probabilités, des rencontres, des ratés, de l’intuition, de la persévérance, de la motivation. 

Je crois que chaque partie vaut la peine d’être jouée.

Que mes atouts me serviront si je les utilise,

Que le doute et la chance font partie du jeu,

Que la déroute et les mauvais coups sont de mise,

Alors, pour voir, je joue !

Je mets tout sur la table, et je relance ! 

Voilà comment j’ai envie de rebondir jour après jour à 50 ans !

 

 

Au pas suivant !

À demain. 

 

 

Rosemary

Rosemary

Rebondir après des coups durs et ouvrir une nouvelle étape de vie à 50 ans ! Il n'y a pas d'âge pour une belle régénération ! BE Bottes ! : mon mantra d'énergie positive pour une seconde partie plus belle que la première !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.