Skip to main content

Tu as vu comme le mois de mai s’étire sans fin ?

Non, je plaisante, on est bien en juillet et mon challenge de 31 billets d’il y a 2 mois continue au-delà de toute limite !

Mais j’aime ça, dépasser les limites !

 

Je n’en finis pas de rebondir !

 

Depuis le dernier billet, il y a un mois, je n’arrête pas de faire un pas de plus chaque jour !

OK, parfois c’est le désordre, je pars en vrille en voulant faire trop de choses à la fois. Des choses en plus que je ne sais pas faire !

Mais je me rends compte que mon moteur est en réalité dans cette effervescence.

J’ai besoin d’avoir cette sensation d’investir mon temps dans son intégralité pour ma (parfaite) intégrité !

De l’étreindre comme un gros cadeau que je reçois chaque jour, tellement je l’aime mon temps ! 

Bien sûr que je me laisse déborder et parfois dépasser (complètement !)

Avant – et il n’y a pas si longtemps – j’aurais eu tendance à vouloir rectifier le cadre, me discipliner, me restreindre et me contraindre pour entrer dans la case !

Et – à tort ou à raison – aujourd’hui je préfère procéder avec toutes mes matières brutes pour me lancer et agir comme bon me semble, même brouillon, même imparfait, même trop !

J’aurai tout loisir de tailler mes pierres plus finement par la suite ! Il y a forcément des pierres porteuses de talents précieux, d’autres utiles et certaines qui ne brilleront jamais parce que ce n’est pas leur nature.

 

100 jours pour mon projet.

 

Mais ce n’est pas tant de cela que je voulais te parler aujourd’hui.

Je me suis lancée dans un projet pour développer mes activités.

Rien de tel que des projets pour se secouer les puces, redonner du sens et aller de l’avant après un coup dur, ou une période compliquée.

Une nouvelle impulsion pour mes entreprises encore timides, il m’est nécessaire d’aller encore plus loin dans l’inconnu.

Pour appréhender, tester, adopter ou abandonner mais en mode « Yalla ! on y va « !

Le hic est que je ne suis pas une pro de la gestion de projets, petit ou gros.

Des idées, oui. J’ai des idées à la pelle et en pagaille !

Par contre pour les réaliser, je ne vais pas au bout, je m’éparpille et me disperse.

Donc, j’ai besoin de remédier à cela en restant focus sur mes idées principales à concrétiser. Et le mode projet s’applique bien à cela, non ?

En premier lieu : Border tout cela dans une définition de projet afin d’avancer de façon plus rigoureuse et ciblée (pour rejeter la loi de l’éparpillement !)

Pour ne pas m’ennuyer, ni m’égarer, j’ai opté pour le cadre du #100dayproject qui va me permettre de bosser à temps plein sur mes activités pour qu’on devienne inséparables. Et j’aime tant les fusions !

 

Le 100 day project : qu’est-ce que c’est ?

 

Très simple et très stimulant : initié par Lindsay Jean Thomson, tu définis ton projet (créatif ou autre) et tu le déploies (créations, productions…) chaque jour pendant 100 jours. Tu partages sur Instagram ton processus de développement, tes créations avec le hashtag #100dayproject. Tu rejoins ainsi une communauté de milliers de personnes qui créent tous les jours !

J’ai découvert le 100DayProject par l’intermédiaire de la fabuleuse Mamzelle Pastel en écoutant son non moins génial podcast Avec ou sans élan. (Mes fabuleuses rencontres de 2021 !)

 

 

Embarquée dans mon projet.

 

Rien que de dessiner sur une feuille blanche les grandes lignes de mon projet (que je ne qualifie ni de petit ni de grand pour ne pas surestimer ou sous-estimer mes actions), je me sens plus rassurée, et plus « embarquée ».

Plus que le résultat concret à l’issue de ces 100 jours, c’est la satisfaction de me dire que je suis en train de le réaliser.

À vrai dire, c’est le processus qui m’intéresse. Avant j’avais peur des systèmes, je trouvais que ça manquait d’âme. C’est normal, c’est fait pour être froid et distant, juste pour garder ses émotions pour d’autres phases du projet : la création, la rédaction, l’édition…

Je prends le temps également d’analyser mon projet de la manière la plus objective possible :

 

Quels risques et quels avantages comporte mon projet ?

Risques :

  • Absorber beaucoup de mon temps au détriment de mes autres activités 
  • De donner trop de temps à ce type de projet si manque d’envergure

Je n’en vois pas d’autre car il n’y a pas de budget spécifique (tout est déjà inclus dans mes frais en cours).

 

Avantages :

 

  • Me mettre en mouvement : le fameux « Show don’t tell. », un de mes mantras pour stopper la procrastination et évacuer mes peurs paralysantes.
  • Apprendre des choses nouvelles dans la gestion d’un projet, tester, éprouver, ESSAYER . Un autre mantra que j’affectionne :

« Allumer une bougie plutôt que maudire les ténèbres. » 

  • Concevoir un produit  de A à Z, une première (enfin!) pour moi ? Qui vivra, verra !

 

Je n’ai pas de méthode, mais j’ai des outils et des références !

Pour aller au bout de ce projet, commencé le 5 juillet et qui prendra fin le 12 octobre 2021, j’ai mis en place un journal de bord. Pour garder une trace d’une méthode que je ne connais pas, et que je pourrai améliorer par la suite.

L’importance de suivre les avancées de chaque étape, de faire le lien avec la suivante, d’anticiper ou de considérer un retard probable, est capitale pour garder la vision globale du projet et de sa réalisation.

Pour cela, j’utilise l’outil en ligne Trello : je visualise ainsi le découpage des étapes de mon projet, ainsi que ses sous-activités par la création de cartes dédiées. J’aime beaucoup cet outil même si je ne sais pas encore bien l’exploiter.

 

Activité actuelle principale :

  • Explorer les sources et prendre des notes (que je compile dans Evernote, mon app’ « mi amor  » pour mieux organiser mes notes) pour la rédaction d’un guide pratique. Je n’en dis pas plus, ce qui est intéressant ici c’est le processus de création pas le produit, du moins pas encore !

Activité secondaire :

  • M’inspirer de produits déjà existants. Ces études viennent alimenter ma perception des choses et m’offrent des options auxquelles bien sûr, je n’aurais pas pensé.

J’espère aussi apporter une touche différente : sur le fond ou la forme, je ne sais pas, mais rendre mon guide « remarquable » aux yeux de ses futurs utilisateurs.

Durée :

Jusqu’à la fin du mois de juillet.

 

 

Et…

Ce n’est pas tout !

(Je te l’ai dit, la vie est trop courte pour n’avoir qu’une seule envie !)

Dans le projet du projet, il y a aussi :

  • la production d’un podcast.

Je suis les conseils pratiques d’Alexis Minchella, fondateur de Tribu Indé, que j’ai découvert auprès de Valentin Decker d’Expédition Créative, (un livre et un bootcamp importants pour moi cette année !) dans une session de LiveMentor  sur la création de podcast.

  • La création d’un magazine gratuit en ligne. 

Je n’y connais pas grand-chose en édition digitale, donc j’explore et tâtonne gaiement, pour le moment.

 

 

Apprendre et réaliser.

 

Voilà 21 jours que je me suis lancée et que je nourris mes ambitions chaque jour avec ce projet.

Encore une fois, je voyage, et je découvre différents paysages et différentes possibilités.

Je verrai quand j’arriverai à destination ce que j’aurais appris et réalisé dans ce laps de temps.

Nul doute que j’en aurai beaucoup appris sur moi-même, peut être plus en 100 jours qu’en 10 ans ! Va savoir…

 

Au pas suivant !

À bientôt.

 

Et toi 

 

    • Que fais-tu pour donner vie à tes projets : as-tu une méthode, des outils, des envies ?

 

    • Qu’est ce qui te freine pour te lancer dans tes projets ?

 

    • Penses-tu qu’avoir des projets, c’est rêver pour rien ?

Rosemary

Rosemary

Rebondir après des coups durs et ouvrir une nouvelle étape de vie à 50 ans ! Il n'y a pas d'âge pour une belle régénération ! BE Bottes ! : mon mantra d'énergie positive pour une seconde partie plus belle que la première !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.