Carnet de notes aux couleurs d'automne

Le temps ne sait faire que passer ...

Toujours cette sensation de gâcher mon temps, de n’en avoir jamais assez !

Jamais il ne s’arrête, ce temps, sauf une fois pour toute vraiment, mais c’est la dernière …

Jamais il ne renonce à aller toujours de l’avant … lui ! 🙂

Ce temps chronomètre qui s’écoule toujours trop vite.

Cet espace horloge, de plus en plus complexe à intégrer dans nos univers d’humains.

Comme si on voulait maîtriser un phénomène qui nous dépasse …

Et si au lieu de vouloir en gagner plus, je faisais en sorte de ne plus en perdre … une seule minute ?

Ça fait des semaines

…et des semaines que je planche sur cet article. 

Non pas que je ne sache pas quoi dire, bien au contraire, mais parce qu’il me paraît si long à rédiger alors que mes idées sont toutes simples : on perd son temps à trop en faire.

Pourtant ,je me suis prévue des créneaux dans la journée pour me consacrer uniquement à la rédaction de cet article.

Pourtant cet objectif était en 1ère ligne de mon dashboard (oui, j’ai des outils qui parlent anglais !)

Et en plus, cette  chronique devrait être la première d’une longue série …

Et pourtant, pourtant …

J’ai depuis longtemps cette sensation lancinante de manquer de temps … jamais assez … toujours trop juste.

Lorsqu’on me demande :

« Alors, ça avance ton projet ? Depuis le temps  que tu planches dessus… »

Moi j’entends :

« Mais qu’est ce que tu fais de ton temps pour ne pas encore l’avoir pondu ton sujet ?! »

Allez savoir pourquoi j’ai voulu commencer à m’étendre ici sur le temps ! Symptomatique, non ?

J’aurais pu choisir quelque chose de plus facile…

Non.

C’est LE sujet de base, le socle d’un projet, et d’une vie ! Carrément !

Le dos du temps

Depuis belle lurette, je mets tout sur le dos voûté du temps :

« C’est de ta faute, pendule, tu tournes trop vite ! » 

Bien sûr que non …

Par exemple, l’idée de réfléchir sur ma seconde partie de carrière, je la traîne depuis … 7 ans !

 » 7 ans, c’est un cycle « 

Autre exemple de mon ancien quotidien :

Lire chaque jour est l’un de mes plaisirs favoris, nécessaires.

Pour autant, fut une (trop longue) période où je n’ai pas lu une seule ligne  d’un vrai bouquin du fait d’un 24 heures en boucle non stop !

    • Un boulot dans lequel je pensais devoir m’investir comme une dingue,
    • mère « indé » (je n’aime pas le terme « solo », ça me renvoie une image triste , alors qu' »indépendante », plutôt fière !…), 
    • avec 3 gamines de moins de 10 ans,
    • TOUT à gérer …

Et bien, pendant longtemps je n’ai pu parcourir que les titres du programme télé !

« Chouette, ce soir, j’aurais pu voir ce super film … ».

Bref, le fait de « ne pas avoir assez de temps « pour m’adonner à l’un de mes loisirs préférés m’a beaucoup frustrée. Et donc, mécontente inconsciemment de ce manque, vous pouvez imaginer que je n’ai pas toujours été au top de mon rôle de mère avec mes filles : « Dépêchez-vous ! bougez-vous ! vous êtes trop molles ! On est en retard …! »

Aujourd’hui, mes filles sont grandes et autonomes. Elles ont une gestion de leur chrono bien à elles, j’en parlerai plus tard (quand j’aurai compris leur monde d’ados bien de leur temps !)

Cela dit, j’ai toujours la sourde sensation de gaspiller mes heures  et par conséquent de rater plein de choses.intéressantes tout en devant m’occuper de choses barbantes … Ah ! le temps est mal fait ! 

Alors que le but du jeu de la vie, c’est d’en prendre !… du temps (pas des choses …enfin, quoique, ça dépend !)

Lunettes posées près d'une pile de livres pour une pause thé

La course contre le temps ! 

Toi aussi, tu as le sentiment que les jours filent trop vite pour faire tout ce que tu as à faire ?

Je comprends cela parfaitement !

Terrible ! 

Une course … plutôt perdue d’avance.

Et c’est assez décourageant !

C’est comme avoir un adversaire contre lequel on ne gagnera jamais.

“Le temps perdu ne se rattrape jamais.”,

C’est bien connu.

Et complètement démoralisant. 

Peut être est ce dû à mon âge (qui passe aussi !) et à toutes ces années d’expériences, j’ai besoin d’analyser depuis peu la nature de mes relations avec le temps.

Parce que je ne veux plus dilapider mon temps.

Parce que je veux à présent vivre pleinement chacun de mes jours.

J’accuse le temps de mes retards et reports successifs, mais est il vraiment coupable ? 

Du rapport au temps.

A quoi j’occupe vraiment mon temps  est une 1ère question !

Je n’ai pas l’impression de chômer et pourtant je ne parviens pas à faire tout ce que je dois faire. Ou que je crois devoir absolument accomplir… oui, la nuance est importante, nous verrons cela plus tard.

Tu passes aussi ta journée à courir comme un.e forcené.e, n’est ce pas ?

Tout le monde court, chacun est pressé de partir, d’arriver, de rentrer.

On se hâte tous d’en finir, comme ces jours d’hiver où la lumière du jour décline plus tôt.

Le temps tient une place capitale dans notre vie, à chaque étape, dans tous nos environnements personnels et professionnels.

Et pourtant c’est la même loi pour tous, symbole d’une égalité parfaite : 

      • 24h, jour après jour.
      • 24 heures pas une minute de plus ou de moins, réglées comme du papier à musique.
      • 24 heures nettes et précises.

Bien sûr que le rapport au temps a évolué au fil des générations : quand j’entends mes parents évoquer leurs souvenirs, leur “tépoque”  semblait bien différente. Plus contraignante mais moins stressante … paradoxal ? 

Je suis née dans l’année 1970.

A cette époque, mes parents avaient moins de matériel, moins de rapidité dans leurs outils et dans leurs déplacements, et pourtant, je ne les jamais entendus se plaindre de manquer de temps. D’être fatigués, par contre, oui. 

Alors qu’aujourd’hui nous comme tous crevés parce que trop d’outils et d’appareils pour tout (on en appelle certains les « encombrants », non ?),  trop rapides, TRRROOPPP ….

Panneau de vitesse à 70 km dans champ de cactus

Photo by LEMUR on Unsplash

 

On parle de cette accélération sociale qui change considérablement le rythme de notre quotidien avec cette impression souvent douloureuse  de toujours “manquer de temps”.

Paradoxalement, le terme “procrastination” n’a jamais autant été cité et fait l’objet d’articles !

On manque de temps et on “traîne” pour passer à l’action ! 

Ahurissant, non ? Culpabilisant, aussi !

Ce paradoxe m’interpelle !

 

 

 

Alors je me suis posée – sérieusement – des questions :

      • Serais je douée pour la lenteur  ? (une qualité ?)
      • Inapte à la vitesse ? (une tare ?)
      • Je fais peut-être  trop de choses ? (une hyperactive mal organisée ?)
      • Ai je un problème de calcul de temps ? ( pas la bosse des maths!)
      • Mais qu’est ce que je fais de mon temps ? (mon sens de l’organisation ?)
      • Combien de temps me reste t -il ? (grosse question !)
La vitesse du bolide et la lenteur du cactus

Monologue intérieur du procrastinateur 

 

    • J’ en fais tellement que je n’ai plus le temps de faire ce que je dois faire précisément là, maintenant. Par peur … de ne pas être à la hauteur, de ne pas savoir faire, d’être ridicule … 
    • D’où le report répété : « ah ! tu verras, tu verras, on recommencera… tu verras ! »
    • Suivie d’une forme de fuite en avant, ça fait un peu peur quand même …
    • Le manque de confiance en soi serait aussi l’une des explications de la procrastination : “mon objectif est super ambitieux, wouah ! je suis tellement  impressionné.e par mon projet / mon ambition, que je ne vais pas y aller maintenant, non… Comme ça je ne serai pas dans l’échec tout de suite … je retarde la possibilité de me ramasser …”  
    • J’oublie la possibilité  de réussir, car la réussite ne fait pas peur, l’échec si…
« Même en courant
Plus vite que le vent
Plus vite que le temps
Même en volant
Je n’aurai pas le temps, pas le temps… »

Michel Fugain « Pas le temps »

Tout le temps débordé.e !

En mode pop corn !

Du débordement de partout ! Pop ! 

    • les horaires d’école ! Pop !
    • les embouteillages ! Pop !
    • la file d’attente ! Pop !
    • trop d’épisodes à regarder … même en replay, trop de séries ! Pop !
    • la réunion imprévue ! Pop !
    • les retards à cause d’une grève,  Pop !
    • la page web qui ne s’affiche pas dans les 30 s ! Pop! 
    • Trucmuche qui a une encore envie de se confier , Pop ! 
    • les travaux qui s’éternisent ! pop ! 
    • …. tu peux rajouter d’autres « mangeurs de temps », pop ! pop !pop !

On court, on court … mais après quoi ?

“ A vouloir trop faire, on oublie d’être “

*Citation du livre « Comme une envie irrésistible de fleurir » de Christine Michaux – Roman Eyrolles.

Livre pour s'épanouir joliment

Une jolie lecture pour s’épanouir

Du temps bien rempli tout le temps ?

Il est nécessaire pour comprendre  ce qui se passe avec notre temps, de se poser un moment – STOP ! toutes affaires cessantes et préoccupations de tout genre – et de se demander une fois son calme retrouvé : 

 Comment je « remplis”  vraiment mon temps ?

Voici un moyen très simple d’être factuel qui ravira les cartésiens :

→ Sur plusieurs jours, il s’agit de chronométrer et de noter TOUT mais absolument TOUT ce que l’on fait dans une journée, du lever au coucher. Le plus honnêtement possible, donc ne pas faire semblant pendant cette journée « mesurée » de faire des choses qu’habituellement on ne fait pas ou pas dans ce laps de temps :

combien de temps je mets pour me préparer le matin, pour prendre mon petit déjeuner, combien de minutes dure mon trajet, la lecture de mes mails, quelle durée pour cette course ou ma connexion aux écrans … 

Vous avez peut être déjà saisi que je ne suis pas très cartésienne : J’ai essayé cette méthode et j’oubliais de noter au bout d’une heure … 

Alors, j’ai cherché une autre façon de me rendre compte comment j’utilisais mon compteur temps. Après avoir testé différentes approches – je consacrerai un autre article sur le sujet plus tard – j’ai préféré celle-ci : 

Noter les réponses à ce jeu de 8 questions :

    1. Il me manque toujours du temps pour : 
    2. Toue la journée, je cours après : 
    3. Les 3 tâches qui me prennent le plus de temps chaque jour : 
    4. Ce que je n’ai jamais le temps de faire ? (mais que j’aimerais bien !) :
    5. Ce que je  ferais-je si le temps s’arrêtait de tourner :
    6. J’ai tout à coup 1 heure de libre devant moi, qu’est ce que j’en fais :  
    7. Quand je me réveille le matin, j’ai je le sentiment d’avoir suffisamment dormi : Oui//  Non 
    8. Le temps que je passe chaque jour derrière un écran : télé, applications, réseaux sociaux ….
  1.  

Quel exercice pratique préfères-tu ?

⇒Si tu veux partager ton rapport au temps en commentaires, avec plaisir !

Trouver des réponses, c’est bien, encore faut il les analyser pour en retirer une compréhension plus globale. Et pouvoir (ré) agir ensuite.

Observes tes réponses ou ton planning d’une journée type.

Que constates-tu ? 

Tu peux analyser  le découpage de tes journées.

C’est très intéressant et parfois surprenant ! .

On peut voir cet exercice comme une manière de mieux se connaître.

C’est comme un budget : dans quoi dépenses tu le plus de temps ? qu’est ce que ça te rapporte ( au propre comme au figuré !)

Quelles sont les choses que tu fais qui comptent réellement pour toi ? 

Quelles sont les choses que tu ne fais pas et qui sont très importantes pour toi ?

Rosemary

Rosemary

Rebondir après un coup dur, reconstruire un bout de sa vie, recommencer une nouvelle partie ... c'est ce qui m'intéresse ! A 50 ans, expériences et échecs au compteur, je vais faire en sorte que ma seconde partie de vie soit bien plus belle que la première ! BE Bottes pour avancer et garder l'équilibre, comme un mantra d'énergie positive!

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.