"Tu nous fais la crise de la cinquantaine ?"

Voilà la réflexion type que j’entends quand je parle de mes projets de vie ! 

Comme si à 50 ans, je ne pouvais en avoir de projets, et nouveaux, qui plus est !

Pire, comme si il était trop tard… à 50 ans !

Je réponds que j’ai besoin de me régénérer. De quoi ?! 

Le milieu de vie

En chinois, les 2 caractères qui forment le mot crise signifient “danger” et “opportunité”. Cela paraît assez juste : le danger, c’est de continuer à entretenir quelque chose qui dérange ou qui ne convient plus ;  l’opportunité, c’est d’aller chercher un mieux-être. A tout âge  une “crise” peut donc survenir.  Et je dis : “tant mieux!”

Prise de conscience

50 ans ou le milieu de vie.

 

L’ étape du milieu de vieLa fameuse.

(ou du demi siècle, histoire de bien appuyer sur le côté ancienneté !) 

Ce phénomène toucherait  environ 25% femmes, entre leur quarantaine et leur cinquantaine. 

Ciblé. 

J’ai lu quelque part, que dans cette tranche d’âge, une femme finit de trouver sa place dans le monde, et peut ressentir, d’un seul coup, un grand vide à combler. Vraiment ?!

Elle en aurait peut être assez de voir ses efforts retomber en miettes, de sentir ses illusions emportées par le courant de la vie, d’être un peu lasse de toutes ces injonctions faussement bienveillantes sur la sensibilité « spéciale » de la femme, non ?

Peut être… juste quelques pistes de réflexions. Qu’en penses tu ?

 

Si la photo est bonne.

Je comprends très bien qu’à un moment particulier de sa vie : 

    • on se lasse du “comme d’habitude”, du “déjà vu, du déjà fait, déjà vécu”
    • on tourne en rond  depuis des années sur le même mode.(je vois le pauvre hamster dans sa roue !) 
    • certains choix faits par le passé nous laissent un goût amer aujourd’hui.
    • on regrette des choix qu’on n’a pas faits. (la force cruelle du regret !)
    • on vit des bouleversements qui remettent en cause l’ordre établi, et certaines valeurs. (cette séparation ?  c’était pas prévu !) 

Et je ne parle pas de ménopause ! c’est important, certes, mais ce n’est pas la seule raison ! Réduire une prise de conscience à un bouleversement hormonal, je veux voir plus grand que cela !  

Prendre une photo à un instant précis : il y a des choses ou des gens qui finissent par dater.

Voilà, ça date. La photo d’hier n’est plus bonne.

Besoin de renouveau. Sinon c’est la naphtaline.

Au carrefour, bifurquez !

En fait, je ne sais pas s’il y a une véritable crise de la cinquantaine comme celle de l’adolescence. 

Ce qui nourrissait avant ton quotidien, te donnait une direction, ne le fait plus aujourd’hui. 

Je crois qu’on arrive à se questionner, un jour ou l’autre, sur le contenu de sa vie.

Et là, on ressent quelque chose de bizarre, une dissonance, un écart … ou un parfait alignement !

C’est comme arriver à un carrefour : on vient de quelque part et on va vers autre part.

3 destinations  sont possibles : 

    • Au delà du carrefour, tu continues tout droit : même route, avec 1 ou 2 nouveautés mais guère plus. Pas de gros changements, tranquille, ça roule comme d’habitude.
    • Tu bifurques à droite ou à gauche, la pancarte indique : “destination inconnue”. Gros changements en vue !
    • tu fais demi tour (là, c’est pas très bon!)

J’ai ressenti ce besoin de régénération, il y a un peu plus de 2 ans maintenant.

J’ai bifurqué.

Une fin de quelque chose avec une faim d’autre chose.

Rosemary @BEBottes
Changement à 50 ans

Rétrospective avant régénération  

 

Je me suis arrêtée à un carrefour : j’ai regardé dans le rétro

J’ai balayé les thèmes : 

    • Couple
    • Famille
    • Amis
    • Carrière
    • Mode de vie
    • Reflet dans le miroir
    • Contribution au monde

J’y ai vu plein de belles choses. Vraiment.

Mais aussi des incidents de parcours.

Des voies sans issues. Des chemins désaffectés.

    • perte de sens
    • marques du temps
    • séparations
    • deuils
    • faux semblants
    • faux contacts

Et c’est normal dans une vie. Ni meilleure, ni pire qu’une autre. 

On a toutes un sens de l’orientation personnel et des gros chantiers sur les routes de nos vies.

C’est juste quand tu prends conscience de tout cela d’un seul coup … Tu as envie d’éteindre le GPS pendant quelques instants.

Autre facteur qui intervient dans cette prise de conscience, ce réveil de la « belle au volant » : le rapport au temps. Typiquement, le temps disponible à 50 ans VS temps inépuisable à 20 ans. Tu es la même ( je ne me sens pas “vieillir” ), cependant différente en tout !

Cela peut également porter le nom d’“évolution”, non ?

La boussole d’une vie  

3 éléments principaux ont guidé mes actions pendant des années, (sans forcément  réaliser toutes les ambitions !)

    • Moteur : gagner ma vie, fonder une famille, devenir proprio.
    • Implication : ma responsabilité à créer et maintenir un cadre de vie, une carrière, des activités.
    • Plan : me marier, avoir des enfants, évoluer, rembourser, épargner, (quinté dans le désordre !)

Ce Moteur Implication Plan – le MIP comme je l’ai nommé – m’a aussi aidé à surmonter les difficultés, ou à garder le cap, à être (très) patiente, et nécessairement résiliente !

Prises dans le tourbillon des activités, des ambitions et des contraintes, nous avons mené une cadence infernale, avec finalement très peu de répit, et surtout sans voir les années défiler. 

Comme une course en vitesse accélérée. 

Et hop ! voici que tout ralentit. Ou s’arrête d’un seul coup. 

On avance par où maintenant ? C’est quelle voie qu’il faut prendre ?

Et on rallume le GPS pour une nouvelle destination.

 

Une faim d’autre chose 

A ce carrefour de la vie, à 44, 50, ou 57 ans, (pas de numéro gagnant), il y a un gros “STOP!”

C’est une sensation étrange. On n’a pas trop l’habitude de s’arrêter. 

Et on se met à ressentir.

C’est très différent d’une personne à une autre. 

Pour ma part, je ressentais comme un manque d’air. 

Une fin de quelque chose avec une faim d’autre chose. 

Vague et confus ? oui, c’est cela !.

En creusant un peu, il m’était révélé que  : 

    • Je ne croyais plus aux mêmes choses qu’avant.
    • Mes centres d’intérêt avaient changé.
    • Je ne regardais plus certaines personnes de la même façon.
    • Les codes, le corporate me devenaient de plus en plus insupportables.
    • Un goût d’incomplétude m’envahissait.
    • Une sorte d’incompréhension me rendait hésitante en tout.

Mon MIP (Moteur, Implication et Plan)  était en train de se transformer.

Progressivement, de nouvelles énergies sont apparues pour exprimer quelque chose que j’étais encore incapable de formaliser. 

Voici une première étape de restructuration de mon MIP : 

MOTEUR : affirmer mes choix en toute chose, en réalisant mes projets et pas ceux des autres. 

IMPLICATION : Mener des actions concrètes, sans plus attendre l’idéal bon moment (qui ne vient jamais vraiment tout à fait, tu t’en es aperçu aussi ?!), et prendre mon temps dorénavant . Parce que celui ci est avant tout une question de priorités  que je me donne, pas de quantité (abandonner le multitâches !).

PLAN : Step by step, progressivement ET avec détermination SANS craindre la chute: expérimenter, construire, accomplir. 

Au début, rien de bien limpide. 

Beaucoup de tours et détours avant de me lancer.

En combien de temps s’est faite Rome déjà ? Ou que la lune tourne autour de la terre ?

Se régénérer prend du temps.

Il convient de savoir le prendre, et même parfois le perdre pour le retrouver.

Le temps…

La plupart ne croyait même pas avoir le droit de choisir !

@BEBottes
Le choix d'une régénération

La vulnérabilité comme point de départ pour rebondir.

 

Je suis bénévole dans une association qui  accompagne des femmes seniors à reprendre une vie professionnelle ou à créer leur activité. 

J’ai croisé des femmes extraordinaires qui sortaient souvent d’une étape particulièrement douloureuse (licenciement, séparation, maladie, deuil). 

Ce point de rupture a souvent révélé leur vulnérabilité : isolement, angoisse, incompétence, perte de confiance en soi.

Après avoir reconquis une estime de soi, ces femmes m’ont épaté dans la présentation de leurs nouveaux projets, avec leur formidable détermination, et toute la noblesse de leur courage.

Et dire, qu’au début de leur aventure, la plupart ne croyait même pas avoir le droit de choisir !

Des reconversions sur le plan professionnel passent souvent par une régénération personnelle. 

      1. Devenir professeur de yoga après une carrière dans le marketing.
      2. Coudre des robes de mariée après 20 ans d’emplois administratifs.
      3. Etre à la tête d’un énorme réseau international dans le marketing relationnel après 20 ans dans les médias.
      4. Confectionner des accessoires de bureau en cuir après un burn out dans les RH.
      5. Passer de la vente immobilière à la décoration intérieure feng shui…
      6. Ouvrir son food truck après un divorce et aucune expérience professionnelle.

Et tant d’autres nouvelles voies choisies après avoir puisé en elles l’énergie, la capacité de s’écouter, de se comprendre pour pouvoir se lancer dans leur nouvelle partie de vie.

Elles m’ont beaucoup inspirée quand j’ai décidé de rebondir après avoir vu ma propre fragilité. Je leur en suis très reconnaissante.

Un mouvement intérieur : retour vers soi.

 

Peu importe l’âge de raison ou l’âge de pierre.

L’important est LE moment où l’on se pose consciemment ou intuitivement la question : « Ce que je suis et ce que je  fais a t il du sens pour moi aujourd’hui ? »

La question est d’autant plus actuelle, où l’on sent le monde à un carrefour aussi : la crise du Covid-19 va amener certains à bifurquer pour créer un monde nouveau, un mode de vie différent. Pour d’autres, ce sera continuer tout droit pour retrouver le même type de voie qu’avant. 

Une autre source étymologique du mot « crise »  : en  grec, « krisis » signifie quelque chose comme : décision – jugement.

Il nous appartient de choisir la route que nous voulons emprunter et et de décider comment nous souhaitons la parcourir ; de remodeler le sens de notre existence  en partant d’abord  de nos ressources intérieures.

Alors crise ou transition ? 

Je veux bien croire qu’il s’agit d’une crise ou d’une étape nécessaire pour évoluer à un moment important de sa vie : remettre les choses en perspectives, avoir de nouvelles priorités, vouloir davantage se réaliser soi plutôt que ses désirs ou ceux des autres. 

Pour moi, 50 ans : danger imminent de ne pas saisir l’opportunité d’évoluer vers une seconde partie de vie plus belle que la première !

J’écris ces mots le jour de mes 50 ans. 

Nombre tout rond, symbole du milieu de vie, c’est parti pour un nouveau tour !

 

Ton milieu de vie

Dépression ? ou

Régénération ?

Partages ton expérience ou ton avis

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.