Skip to main content
Comment rebondir dans sa vie

Ou comment en finir avec le mythe de la loose !

Juste avant de rebondir dans sa vie,  il y a une période plus ou moins longue avec pas mal de remous à traverser. Alors qu’on ne rêve que d’une chose : tout oublier et de nouveau marcher la tête  haute, le cœur vaillant et le sourire aux lèvres !Mais ce temps est nécessaire, c’est celui du chantier de notre reconstruction !

Qui n’a pas connu ce sentiment fort désagréable de grande solitude glacée et bien sombre quand on vient de conclure : “c’est un échec !” ? et que sonne le glas Vae Victis” (malheur aux vaincus, pas de pitié pour eux !”

Une fois le couperet tombé et le genou à terre, on peine à se relever  que déjà on s’entend dire : C’est bon, maintenant, y’a plus qu’à tout recommencer ?”

C’est arrivé à des milliers de gens, ça arrive tout le temps, à moi aussi, à toi.

Ça nous arrive à tous.

Une histoire universelle de rebonds !

Les rebonds d’avant 

Dans chaque lifeline (courbes de vie) nous traversons  quelques moments marquants avec de jolis rebonds :

Enfance

Quel est ton 1er souvenir d’enfance où tu  as dû surmonter une difficulté ? Essaie de te replonger dans cette partie de vie et dans la peau de cette gamine que tu étais.

    • Pour moi, dernière année de maternelle :  je  me souviens d’un différend entre copines dans la cour de récré, un classique. Elles voulaient jouer à un jeu et moi je ne voulais pas jouer à celui-ci. La petite chef décréta :” tant pis, tu ne joues pas.”  A l’époque, j’avais un caractère boudeur ( il m’en reste sans doute quelque chose encore aujourd’hui !), et je n’avais même pas essayé  de trouver un compromis. Je préférai tourner les talons, et fière mais boudeuse, je partis m’exiler derrière un arbre au fond de la cour qui me paraissait immense. J’étais triste car à 5 ou 6 ans, ce que l’on désire le plus est de jouer ensemble, avec les autres, de faire partie du groupe. Alors, je tournais autour de cet arbre, l’air très inspiré, en me  racontant une histoire. Et puis une copine, intriguée,  me rejoignait :” qu’est ce que tu fais ? “Puis une autre, “elle est pas drôle Clémentine, elle nous laisse jamais rien faire” …. et ainsi autour de cet arbre, s’était reconstitué un groupe plus petit mais composé de petites filles réunies par le cœur d’improviser ensemble un récit d’aventures.

Absence

As-tu déjà dû reprendre le cours de ta vie  après une longue absence ? 

    • Après un séjour d’un an à l’étranger,  j’ai eu à remettre de l’ordre dans mes affaires à mon retour en France :  plus un sou en poche, une paperasse administrative laissée en friche et un moral tout en miettes. Après une phase de convalescence en famille, j’ai rebondi en trouvant un nouveau job alimentaire, en cochant de nouveaux formulaires et en m’investissant dans de nouvelles amitiés. 

Indépendance

Et cette sensation excitante et stressante à la fois d’un nouveau départ dans la vie ? c’est sans compter les grosses valises à porter à bout de  bras …

Tu assumes tout pour t’engager dans une nouvelle vie avec de nouvelles responsabilités, un déménagement dans une autre  ville, de nouveaux repères et parfois un nouveau travail ? 

    • Pour moi, il y a 12 ans : séparation à 200 km, 3 gamines de 4 et 7 ans, 2 chats. Je  débutais une partie de vie avec ce statut encore inconnu  pour moi, celui de la mère “indé” (comprends : “indépendante”, je préfère ce terme à celui de “solo” que je ne trouve pas adapté, car en réalité on n’est jamais vraiment seule quand on élève ses enfants toute la sainte journée !). 

La mère « indé » rebondit tous les jours sur tous les petits tracas ordinaires, c’est un marathon … long, très long.

C’est simple, on se conditionne à ne jamais s’arrêter !

Une excellente école pour apprendre à rebondir.

 

Coeur

Le “creux de la vague sentimentale”, un classique pour nos coeurs amoureux : nos histoires d’amour sans happy end ! 

Avec cette croyance stupide ( je parle de la mienne) de ne jamais pouvoir s’en remettre … jusqu’à la rencontre suivante. 

C’est le sentiment d’abandon que j’avais beaucoup de mal à gérer. 

    • Et toi, était-ce la crainte de la solitude ou la blessure de ton égo  ?

 

Boulot 

Le monde professionnel nous livre aussi son lot de frustrations sur les attentes déçues, le manque de reconnaissance et la perte de sens. 

J’en connais un rayon là-dessus, la fonction RH étant devenue une cour des lamentations pour les uns et un bras armé pour les basses besognes pour d’autres. 

Loïc Prigent titre son livre : “J’adore la mode, mais c’est tout ce que je déteste ”. Tout à fait identique pour moi concernant les RH aujourd’hui. 

    • Plusieurs possibilités de « ressusciter » après une petite mort professionnelle ou une “mise au placard” existent pour rebondir.  il s’agit de prendre le lead sur son parcours et ses activités professionnelles par la reconversion et la formation.

Tu rebondis quand tu prends conscience que tes compétences réelles sont ton vrai capital développement, ton fonds d’investissement.

Continuation

Ah ! et ce fameux : reconstruire sa vie”.( Beurk, beurk ! Un autre terme que je n’aime pas non plus, qui a tendance à mettre tout l’AVANT dans le même sac poubelle ). 

Nouveau départ ou même continuation  sonnent plus juste à mes yeux. 

D’ailleurs, la vie ne se construit-elle pas aussi sur des échecs ?). 

Et si rebondir en transformant sa solitude en vraie  force était une vraie opportunité ?

    • J’y réfléchis avec beaucoup de sérieux, et toi ? 

Mort

Les coups durs  comme le décès de personnes  proches qui nous laisse parfois “ inanimées”  quelque temps  dans un monde qui semble ne plus pouvoir tourner. 

    • Rebondir, oui, sereinement, en travaillant sur ses pensées et en laissant le passé là où il doit rester.

Maladie 

Autre nouvelle  cruciale : la maladie d’un parent, de celle qui ne se guérit pas, une lente érosion… 

    • C’est dur de rebondir sur ce sujet, on peut y arriver cependant, en accueillant “l’acceptation” aussi improbable  soit il de le faire.

Libérer le passé dans BE BottesLes déclencheurs de rebond

Rebondir n’est pas automatique. 

A l’origine, il y a un voire plusieurs facteurs déclencheurs. 

De grands déclics ou des événements qui paraissent anodins de prime abord, avant d’éclore au grand  jour.

“Oui, c’est à partir de ce moment-là, que j’ai rebondi ..” dirons nous plus tard, quand la courbe du rebond aura été amorcée.

En voici quelques uns : 

L’âge 

Ou plutôt un tournant dans sa vie .

Pour moi, 50 ans, chiffre rond, un repère “senior” sur un  parcours ; la moitié d’un siècle (ça fait un peu pompeux de dire cela, mais c’est mathématique !  ; déjà une première partie de vie réalisée.

Le Bilan 

Une prise de conscience de ses savoir-faire et savoir-être, puis de ses aspirations.

En travaillant sur mon Ikigaï, suite à  un bilan de compétences il y a quelques années, j’ai commencé à percevoir certains contours de mon “profil”. 

A l’époque, je ne savais pas encore comment exploiter  ce diagnostic sur mes aptitudes et capacités. C’était encore flou dans mon esprit : comment extrapoler toutes ces informations hors de mon champ professionnel habituel ?

Le bilan de compétences m’a beaucoup aidée plus tard, une fois complètement assimilé.

Finalement, il m’a servi à reprendre confiance en moi et à donner une dimension plus globale à mes possibilités.

 

Indispensable pour vouloir rebondir…

 

L’intuition

Écouter de nouveau son intuition  : elle invite à explorer les champs intérieurs, à privilégier l’authenticité. Une véritable force quand on sait l’interroger et accueillir ses suggestions. 

 

L’apprentissage 

Qu’il est bon d’apprendre, de découvrir, puis d’appliquer ! J’adore ça ! 

 

J’ai suivi beaucoup de formations , participé à des webinars, à des sommets virtuels. Je me suis inscrite dans plusieurs groupes privés, publics, fermés … sérieux ou rigolos !

Attention toutefois à ne pas tomber dans un puits sans fond de choses à apprendre. Parce qu’on a vite fait de croire qu’on ne sait jamais assez pour se lancer ! 

Cela a donné lieu à des rencontres super riches, beaucoup d’enthousiasme et d’énergies réunies. J’ai découvert des mondes complètement nouveaux pour moi. Des espaces de co-développement en somme, où novices et experts s’apportent mutuellement.

Beaucoup de lectures également et d’échanges sur les réseaux m’ont donné pas mal (de maux de têtes !) de billes à la fois techniques et quasi philosophiques sur le sens à donner à ma contribution au monde. Toutes ces inspirations encourageantes ont été de vrais boosts pour me rappeler que  :

    • sans maitrise, pas de puissance, 
    • les efforts payent un jour : sans travail, pas de réconfort ! …

”Le chemin qui mène au bonheur demande parfois de renoncer à la facilité, pour suivre les exigences de sa volonté au plus profond de soi”   Laurent Gounelle in :”L’homme qui voulait être heureux”

 

    •  Après avoir lu, appris, et dit, et bien … il faut pratiquer, sinon … rien ! 

“Exister, c’est se jeter dans le monde”, Simone de Beauvoir. 

    • Trouver ma voie pour me détacher de  l’image stéréotypée de l’entrepreneure modèle. J’étais avant tout entrepreneure de ma vie… avec mon capital Compétences, c’est mon plus gros déclic.

 

Le mode de vie 

Changer de décor et d’environnement : adopter un nouveau mode de vie auquel on aspire.

Pour moi, aujourd’hui, mon lifestyle idéal réunit un côté nature, solitude, travail, réflexion, convivialité. Un mélange équilibré de solitude et de proximité. Je recherche activement un lieu avec tous ces critères.

 

L’intelligence relationnelle

Un besoin d’ancrer mes relations. Cela suppose de mettre de la distance sur celles qui ne sont plus entretenues, comme un feu qui s’éteint et que personne ne veut vraiment relancer. 

Et bien sûr, cultiver celles qui s’enrichissent mutuellement.

 

Un exercice intéressant qu’a mené pour moi l’un de mes amis : 

Inscrite sur plusieurs groupes d’échanges What’s app / FB, il m’a démontré  la futilité de certaines relations et la puissance d’autres. 

Pour cela, il m’a retirée de quelques groupes pour observer la réaction ou pas de mes “amis”  : et bien parfois, rien, tu n’existes plus et c’est tout. Personne ne se rend compte de rien. 

Et parfois, on te fait un petit coucou pour s’assurer que tout va bien ou pour savoir en quoi le groupe ne répond plus à tes demandes. 

Mon ami avait raison : sans porter attention à la taille du groupe – de 3000 personnes à 5 personnes –  qu’il soit pluriel ou intimiste, ce qui relie pour de vrai  les personnes est juste essentiel. 

L’envie de partager, communiquer, écouter, apprendre, s’encourager : quand cette appétence n’est pas présente, le groupe se meurt. 

A présent, je suis dans des groupes où la réciprocité est de mise.

 

Le radotage

Une amie qui me coupe soudainement la parole alors que je m’élance sur un énième discours sur mes idées d’une vie plus en harmonie avec nos essentiels :

“Rosemary, tu me l’as déjà dit 10 fois, écris-le maintenant pour le partager au plus grand nombre ! “ 

Merci de m’avoir interrompue !

 

L’envie 

Un pari assez dingue, à 50 ans, de ne plus attendre pour réaliser mes projets. Car il y aura toujours quelque chose à attendre, des temps meilleurs, une décision, la fin de quelque chose,  la prochaine vague, le passage de la comète … J’ai plus envie que jamais, même si  je ne sais pas comment je vais m’y prendre, ni comment organiser tout cela, et encore moins combien j’ai de chances de réussir, d’aller au bout de mes rêves !

Les rêves permettent-ils de rebondir avec joie ? 

C’est à vivre pour le savoir !

Le passé dans les valises de BE BottesAccepter avant de rebondir 

Dans REBONDIR, il y a aussi le fait d’ACCEPTER ce qui fut et par conséquent ce qui n’est plus. Et pour cela Eckhart Tolle a des expressions formidables. 

“être libéré du temps, c’est psychologiquement ne plus avoir besoin du passé pour assumer votre identité ni de l’avenir pour vivre votre plénitude”

 

“Plus vous êtes axé sur le temps, c’est à dire le passé et le futur, plus vous ratez le présent, la chose la plus précieuse qui soit.”

 

C’est fait et à ne plus faire 

A une époque – révolue,  j’avais 20 ans –  je trainais tous les soirs au  Who’s Bar :  je m’y suis follement amusée, je m’y suis égarée aussi. 

ça, c’est fait …

 

J’ai fait preuve de beaucoup de tolérance et de patience, j’ai investi du temps  et de l’argent dans une relation qui s’annonçait prometteuse. Et tout s’est envolé en fumée. 

C’est fait, je n’y peux rien changer.

Il y aurait  des situations encore moins glorieuses à citer, mais c’est fait, c’est passé. N’en parlons plus. 

Cela a existé et rien ne pourra jamais changer. 

Se lamenter, se reprocher ? inutile, trop lourd à porter.

Ne pas recommencer et repartir, là c’est mieux ! 

 

Complaintes du passé

A ne pas faire (mais que l’on fait tout de même !): Lutter contre son passé en l’abreuvant de complaintes. 

“je n’aurais pas dû, j’ai fauté, si je pouvais recommencer, c’était pas juste, il m’a menti, ils ont gâché ma vie …”

Accepter le passé sans amertume, sans regret ni remords. 

C’est ne pas se voiler la face que de reconnaître  la réalité  d’hier ou d’il y a 20 ans. 

 

Faire la paix 

Une étape importante pour rebondir : faire la paix avec son passé.

Faire la paix avec soi-même et ranger tout cela dans les tiroirs du passé, sans rancœur ni tristesse.

“L’air est plein du frisson des choses qui s’enfuient” Charles Baudelaire.

S’entourer de personnes positives 

J’ai une tendresse particulière pour ces personnes qui sautent avec gaieté  d’expérience en expérience  : toujours l’esprit positif, les yeux pétillants, se sentant toujours  libres de tenter, d’expérimenter, presque “sans peur et sans reproche “ … 

Une jolie force de caractère, de celle qui avec conviction embrasse les choses avec optimisme, qui voient la lumière partout, et qui laboure sans relâche les champs des possibles ! 

Ce sont des personnes comme ça qui m’inspirent aujourd’hui. Elles incarnent l’espoir, l’action, la force, le courage, le positif, la vie …  

C’est fascinant toutes ses sources possibles de rebonds ! 

C’est dingue tout ce qu’on peut faire même quand on échoue !

Ils n’ont pas peur ? qui sait … 

Peut-être  affrontent-ils leurs peurs plutôt que de les refouler ? 

 

Et toi, de quoi as tu peur ? 

 

Et dire, que pendant des années j’étais attirée par  des contestataires amers, de tristes défaitistes qui entretenaient leurs frustrations dans la critique permanente des autres et des systèmes tout en essayant d’y faire leur place. 

Mais pas assez courageux pour entreprendre un changement véritable dans leur existence. Des rabat joie, des brises la vie… 

Des compagnies qui amplifient le sentiment de solitude  quand le nuage des apparences finissait par s’estomper.

 

Aptitudes au rebond 

 

Pour rebondir il faut des capacités, des prédispositions, me diras tu  ! 

Sans doute … 

Celles que tout le monde peut développer ou réservé à une élite de super héros ? 

Est-il plus facile pour certains de rebondir que pour d’autres ? 

 

C’est bien possible, selon le fardeau sur nos épaules ( passé, reproches, doutes, peurs …) .

Tout dépend de notre capacité à nous délester de ces poids, de nous estimer suffisamment capable et légitime pour commencer à rebondir.

 

On peut passer sa vie à combattre, à ne pas se laisser abattre par les évènements, les déconvenues. 

On encaisse les coups, on résiste aux chocs, on s’accroche pour ne pas glisser…

ça ressemble à une lutte épuisante, sans cesse en résistance. On y laisse des plumes.

 

Il conviendrait d’apprendre à ne plus lutter aveuglément, mais bien de rebondir par dessus l’obstacle pour que celui-ci s’éloigne de notre vue au fur et à mesure de notre avancée.

 

Pour ma part, mes 3 axes de rebonds actuels sont sur : : 

    • le plan professionnel
    • le plan relationnel
    • le plan parental

 

J’emploie beaucoup d’efforts désormais à les renouveler pour une seconde partie beaucoup plus épanouissante que la première.

Refaire surface BE BottesRebondir, définition et actions

Instant dico 

Selon Le Robert : faire un ou plusieurs bonds en avant après avoir heurté un obstacle, ou avoir touché un autre corps.

Pour Le Larousse : prendre un élan nouveau et imprévu après un temps d’arrêt passager.

Retrouver une situation favorable après une période de difficultés. (Rebondir après une rupture ).

Rétablir sa position après une période de difficultés.

Synonymes : reprendre, repartir, recommencer, rejaillir.

 

Intéressantes définitions, où l’on perçoit bien sûr une période préalable soldée par des difficultés, des soucis, un déséquilibre, une perte … et une période après, celle marquée par un mouvement : un élan, un saut, un jaillissement. 

Tu remarques cette idée de tension vers l’avant, comme un quand on remonte à la surface de l’eau après une période d’apnée et qu’on aspire furieusement l’air nouveau qui emplit nos poumons en manque.

Ou comme un guépard qui bondit  tout en muscle vers sa cible, sa proie. (J’ai une passion les petits felis silvestris catus, le chat en somme) ,

 

Force est de rebondir

 

Rebondir n’est pas une simple formalité, une case à cocher dans un processus standardisé.

Rebondir requiert détermination, volonté, courage, patience, endurance, persévérance…

Mais avant tout : une connaissance profonde et authentique de soi pour s’aimer enfin et se sentir capable de s’élancer.  

Ce que l’on perd quand on échoue ou qui baisse jusqu’à atteindre une jauge négative : c’est l’estime de soi.

On ne s’aime plus, on est foutu, on se déteste.

On s’en veut à mort d’avoir cru, pensé que, fait ou dit ceci ou cela.

On se reproche toutes les erreurs, le manque de discernement, notre stupidité …

 C’est incroyable comme on peut se haïr pour quelque chose qui n’a pas marché. 

 

Je suis passée par ces phases de sermons et d’autoflagellation : 

    • La  communication, mon cheval de bataille, et mes relations interpersonnelles qui ont pu être un fiasco. 
    • L’observation des compétences, mon  expertise professionnelle,  et je me fais piégée par une incompétente mythomane.. 
    • Mon penchant pour la philo et le zen, et mes crises existentielles insolubles.. 

La nulle c’était moi, celle au fond du trou, c’était moi; la ratée, encore  moi…

Je n’avais plus qu’à me laisser enterrer vivante, même pas capable d’appliquer mes propres principes. Je me trompais ou  j’étais une parfaite imbécile… aucun scenario enviable  !

 

Rebondir ne peut se faire en one shot – une seule fois – ni sur un coup de tête. 

“Je claque des doigts, et hop, j’ai rebondi. Ah ! ça va mieux…”, en rêve seulement.

 

Que faire pour rebondir ?

Je suis passée par différentes étapes de la chute en passant par  l’errance, jusqu’à la phase prête à rebondir. 

“C’est au moment où l’on se perd réellement que l’on commence à se retrouver” 

Henri David Thoreau

 

Je ne sais pas si l’ordre est important ou pas :

Me re-centrer sur moi pour “me revenir” : 

    • me considérer comme une importance, une priorité, prendre du temps pour moi, me reposer, 
    • prendre du recul ou lâcher prise, 
    • appuyer sur le bouton stop quelques instants ( ça peut durer quelques jours à quelques semaines, voire quelques mois…mmh des années, peut être ! 

 

Me re-connaître

    • Mise en disponibilité pour moi même

      Me consacrer à retrouver tout ce qui fait que je suis moi : mes qualités, mes goûts, mes forces, mes centres d’intérêt, mes rêves, mes réussites… et bien sûr, l’autre aspect moins brillant : mes axes d’amélioration, mes inimitiés, mes lacunes, mes contraintes, mes peurs, mes manques de réussite …

    • Reprendre contact avec ma vraie nature. 

On s’aperçoit souvent que l’on n’a pas réussi quelque chose, parce qu’on n’en avait pas vraiment envie au bout du compte, que quelque chose nous dérangeait ou ne nous convenait pas. Cela frottait avec  nos valeurs, nos principes… mais qu’ “il le fallait bien, que c’était comme ça … que c’est normal, tout le monde passe par là… , ce ne seront que  des mauvais souvenirs à la fin, tu vas t’y faire,  prends ton mal en patience “ Ben non, c’est faux, il y a plein de chemins parallèles possibles, des alternatives, des exceptions (et pourquoi je ne serais pas une exception ?) et on ne s’y fait jamais, parce que ce n’est pas fait pour nous.

    • Si dans nos actions on ne respecte pas vraiment qui l’on est, ça fausse quelque chose, et ça ressort plus tard.

 

Ainsi, me reconnecter à mes besoins, mes aspirations, mon intuition, mes talents, et la conviction de ma contribution au monde ( avoir une vision et une mission, donner du sens à mes actions)

 

Me régénérer

    • Repartir avec les bonnes ressources, les bons objectifs, les bonnes envies….
    • renaître de ses cendres tel le phénix, pourquoi pas, j’aime beaucoup ce mythe qui associe l’estime de soi et la possible renaissance.

 

Le rebond à venir, c’est maintenant : 

Je suis convaincue qu’aujourd’hui, rebondir dans ma nouvelle partie de vie est l’expression de tout mon potentiel. Pourquoi le réfréner maintenant ? 

Je désire plus que tout transmettre des messages encourageants et constructifs pour inspirer le plus de monde possible à se libérer de ses chaînes par la force de son estime de soi retrouvée.

Non, on ne recommence jamais de zéro,  on accepte d’échouer et on rebondit c’est tout. 

C’est  la qualité du rebond qui contribuera  à réaliser  nos aspirations, et qui nous libérera de tout ce qui nous entrave bêtement. 

 

Et c’est cette vie qui s’ouvre en second acte pour moi que je tiens à parer de mes plus beaux atours !

** Envie de rebondir sans savoir comment faire ?
Quelques mots peuvent suffire pour s'élancer ...

Rosemary

Rosemary

Rebondir après des coups durs et ouvrir une nouvelle étape de vie à 50 ans ! Il n'y a pas d'âge pour une belle régénération ! BE Bottes ! : mon mantra d'énergie positive pour une seconde partie plus belle que la première !

Leave a Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.